Voyage Culturel

edwlio.jpg

Le visiteur qui arrive pour la première fois à la Canée est surpris par le grand nombre et par la qualité des bâtiments et des monuments témoignant de la longue histoire et de la prospérité de la ville. Sur la colline de Kasteli et tout autour, la vieille ville bâtie sur les ruines de la Kydonie minoenne est entourée par les murailles byzantines, vénitiennes et par la mer.

La civilisation minoenne a légué à l' humanité des tombeaux splendides, une céramique intéressante et des objets de différentes périodes. Pendant l'occupation vénitienne et turque, la vie en commun des gens de différentes cultures, ethnies et religions (chrétiens, orthodoxes et catholiques, juifs et musulmans) a laissé des traces profondes et donné lieu à des œuvres intéressantes.

skalista.jpgDans le quartier Topanas, en traversant d'étroites ruelles dallées, le visiteur rencontre des palais vénitiens aux façades ornées avec recherche et des maisons turques avec le premier étage en boiserie.

C'est là que se trouvent aussi le fort Firkas, le musée de la marine, le temple franciscain de San Salvador (15e- 17e siècle) où s'exposent les pièces de la collection byzantine et post- byzantine, ainsi que beaucoup de boutiques proposant des articles traditionnels.

mitropoli.jpgA Ovriaki - ancien quartier juif - il y a la synagogue, le musée de l'habitat traditionnel (kritiko spiti) et l'église de Saint François. L'église abrite le musée archéologique qui contient des trésors de la période minoenne et hellénistique. En face se trouve la cathédrale dite de la Présentation de la Vierge (Issodion) avec ses icônes d'un art exceptionnel, et à côté les bâtiments anciens des bains turcs.

A Syntrivani, il y a la mosquée de Kioutsouk Hassan Pacha (1645) et juste en face le phare vénitien qui domine l'entrée du port, le Grand Arsenal, qui sert aujourd'hui de hall de conférence et salle d'exposition. Un peu plus loin se dressent encore, défiant le temps, 7 des 17 Neoria (chantiers navals vénitiens) construits entre le 14e et le 16e siècle. Tout le long du port, de petits cafés et restaurants créent une atmosphère attrayante.

Sur la colline de Kasteli on peut voir encore quelques parties du palais restaurée avec sa cour ainsi que, sur un linteau, une inscription qui se réfère à l'existence des archives vénitiennes. Tout près de là se trouvent les fouilles de l'ancienne Kydonia et les ruines du temple de Santa Maria de Miracoli (1615).

sabionara3.jpg

A Stivanadika, où souffle encore un air d'Orient, on peut acheter des articles de cuir. Õ côté existe l'immeuble de "Chrissostomos" et la nouvelle pinacothèque municipale. A Splantzia (l'ancien quartier turc), à côté de l'ancien monastère de Saint Nicolas (1204) avec son clocher et son minaret, se trouve la petit église de renaissance Saint Rocco (1630). Tout près, il y a aussi l'église des Saint Anargyri (16e siècle) avec des icônes d'une valeur inestimable et la Sainte Catherine.

agora.jpg

En dehors des murailles de la ville, à l'Est de la vieille ville, se trouve le quartier de Koum-Kapi. Là, vers la fin de l'occupation turque, des bédouins avaient construit un village. Aujourd'hui, c'est le lieu de rencontre de la jeunesse. Au quartier de Halepa se trouvent l'ancienne demeure de Eleutherios Venizelos ainsi que celle du Prince George, l'Ecole Française (1860), l'église de Sainte Magdalena (1903) et celle de l' Evangélisation.

Pour ce qu' il en est de la période contemporaine, notre intérêt se porte tout d'abord sur la demeure "Villa Koundouros", centre de la jeunesse et atelier des arts plastiques, puis sur le jardin public (1870) avec son horloge, ainsi que sur le marché couvert (1913), un bâtiment en forme de croix qui abrite une centaine de petits commerces. Mentionnons également le parc "de la paix et de l'amitié des peuples", l'ensemble des bâtiments du Tribunal et de la Préfecture, le Conservatoire de Musique (Venizelio Odeio), les Archives Historiques de la Crète, le Musée de la Guerre et le Musée de la Chimie.

En dehors de murs de la vieille ville, il y a des maisons de style néoclassique, avec de beaux jardins parfumés par les jasmins et les roses. Au début de l'Acrotiri se trouvent les tombeaux de la famille Venizelos. Bien qu'ayant perdu, il y a quelques années, le titre de capitale de la Crète, la ville de la Canée a conservé son héritage historique et son ambiance. Elle attire jusqu' à aujourd'hui des scientifiques, des philosophes ainsi que des poètes et différents autres artistes, ce qui lui donne le caractère d'un centre culturel.